Louise-Michel

Voici ma dernière critique cinéma de l'année : il s'agit d'un coup de coeur et je vous conseille vraiment d'aller le voir ! Louise Michel, figure majeure de la commune de Paris en 1871, est aussi le titre du dernier film de Gustave Kervern et Benoît Délépine, les deux hilarants auteurs du journal de Groland (du vin, du hasch et du vin).

Une usine picarde est fermée par un patron voyou. Avec leurs indemnités, les anciennes employés décident de faire appel à un tueur à gage pour descendre le responsable de la fermeture de leur usine. Le tueur se révèle être un gros loser, mais épaulé par la plus illetrée de ses employeuses et par quelques mourrants n'ayant plus rien à perdre, il va essayer d'aller jusqu'au bout de son contrat.

Louise-Michel

Ce film est  tout simplement splendide. Ça faisait trèèèèès longtemps que je n'avais pas ri comme ça au cinéma. Concernant l'humour, les deux grolandais n'ont peur de rien et surtout pas du politiquement incorrect. On rit d'une fille cancéreuse en phase terminale ou de nègres dans la cale d'un bateau qui traverse la Manche. Ce film est aussi immoral qu'un Bernie ou qu'un Enfermés dehors d'Albert Dupontel, mais bien plus engagé.

A propos de Dupontel, il fait une apparition dans le film (après le générique de fin) et ça me  fait penser que le casting est vraiment énorme : Yolande Moreau, Bouli Lanners, Benoît Poelvoorde, Mathieu Kassovitz, Philippe Katerine, Siné, Francis Kuntz (le reporter immoral de Groland), Christophe Salengro (le président de Groland) et même un caméo de Gustave Kervern himself.

Bref, je n'en dit pas plus : ruez-vous dans les salles obscures pour voir ce chef d'oeuvre !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *