Des idéologues

Voici encore un billet d'humeur qui va peut-être déchaîner les foules. Tant pis, je prends le risque : j'aime bien ça ! Je suis probablement un troll dans l'âme.

Certaines idées auxquelles je crois ne trouvent pas beaucoup d'écho dans la société. Je pense particulièrement aux idées de gauche (voire, de gauche alter) et au logiciel libre. Le parallèle est assez frappant : ce sont des idées (à mon avis) pleines de bon sens et assez altruistes et humanistes (me semble-t-il). Dans les deux cas, elles rassemble un nombre très important de partisans. Mais pour la gauche alter comme pour le logiciel libre, la sauce ne prend pas. Pour le moins, elle ne prend pas autant qu'elle le devrait au regard du nombre de leurs soutiens.

J'ai ma petite explication sur le sujet : c'est que malheureusement leurs nombreux défenseurs sont des idéologues. Ces idéologues sont tellement puristes qu'ils sont incapables de se mettre d'accord entre eux, ce qui explique leurs divisions et donc leur incapacité à rassembler largement autour de leurs idées. Ils dépensent plus d'énergie à se taper entre eux qu'à frapper ce contre quoi ils se battent réellement.

Concernant la gauche alter, on a bien vu ce qu'il s'est passé à l'élection présidentielle de 2007 : 6 candidats se sont présentés. Aucun d'entre eux n'a atteint les 5% des suffrages nécessaires à un remboursement de campagne. Mais la somme des 6 candidat frôle les 11% (9% si l'on ne compte pas Voynet et Schivardi qui ne comptaient pas s'associer aux 4 autres) et probablement beaucoup plus s'il y avait eu un candidat unique (j'ai déjà évoqué cet effet de synergie dans un vieux billet).

Concernant les logiciels libres, et particulièrement les systèmes d'exploitation libres, c'est exactement le même problème ! Chacun défend sa petite paroisse en crachant sur celle du voisin plutôt que d'unir ses forces en direction de l'ennemi commun (Microsoft et Apple). On a eu un excellent exemple aujourd'hui même, de la part des Mandrivistes qui se sont enflammés parce que j'ai lâché une phrase un peu approximative au sujet de leur bébé et parce que je disais beaucoup de bien d'une autre distribution. Ça aurait été exactement le même débat en prenant deux autres distributions du même système d'exploitation. Et encore, les défenseurs de Free BSD ne sont pas venus pointer leur nez.

Bref, dans le deux cas, le problème vient d'un abus d'idéologie et d'un manque de pragmatisme. Pourtant je déteste ce mot (je reviendrai dessus plus tard), mais c'est bien ce qu'il manque aux partis de gauche pour abattre leur ennemi commun (le néo-libéralisme) et aux libristes pour abattre les leurs (Windows et Mac) : du pragmatisme.

Ça m'écorche la bouche de le dire, mais le pragmatisme de Nicolas Hulot pendant la présidentielle a mieux réussi à ancrer l'idée de l'écologie dans la tête de gens que 40 d'activisme des partis et ONG écologistes, même si ce sont ces derniers qui ont fait tout le boulot.

Ceci est un appel solennel aux idéologues : acceptez de mettre un peu d'eau dans votre vin et mettez-vous d'accord sur l'essentiel. Ne dit-on pas : "L'union fait la force" ?

9 réflexions au sujet de « Des idéologues »

  1. Yvic

    mon cher snoow, le suffixe « logue » ajouté à « idéo » implique une certaine spécialisation dans les idées, les (bonnes) idées naissent dans des (bons) esprits, il y a donc oxymore dans le terme « idéologue » : ces gens manifestement ne réchéflissent (je suis dyslexique du clavier…) pas beaucoup…
    Et puis, j’ai rarement vu des pragmatiques en politique…

  2. Brice

    Pour défendre et promouvoir le logiciel libre, luttez contre les DRM, les brevets il faut adhérer à l’APRIL. Vive la synergie et le pragmatisme 🙂

  3. snoow

    Depuis le temps que je te le promets, je vais bien finir par le faire !

  4. rampa

    Là, je ne peux que réagir !

    Dans le fond, oui, mais non. Pourquoi les alters de gauche ne s’entendent pas ? Parce qu’ils ne sont pas d’accord, pragmatisme ou pas pragmatisme. Idéologues ils sont, pour sûr, mais d’idéologies assez différentes somme toute, même si rangées dans le même bocal (gauche anti libérale ou que sais-je). Perso, j’ai pas du tout, mais alors pas du tout envie qu’ils gagnent quoi que ce soit, le modèle de société qu’ils proposent étant hyper contrôlé et directif : vaincre le libéralisme (pourquoi néo, d’ailleurs ?) pour le remplacer par autre chose d’aussi fermé, merci bien !
    Sans alternative crédible à l’heure actuelle, ce libéralisme a de beaux jours devant lui. Être pragmatique, sur la question, pour moi, ce serait, à l’instar d’un Michel Rocard, chercher des moyens d’assouplir les effets de ce libéralisme, de le rendre plus viable… J’en profite pour dire que je ne renouvelle pas mon inscription au PS, même si ça n’a aucun rapport…
    Rêver à autre chose, pour moi, enfin, serait une société affranchie de la plupart de ses règles, ou chacun est assez humain pour pouvoir faire ce qu’il veut sans aller emmerder/réduire en esclavage/spolier/exploiter l’autre…
    Oui, je sais, la nature humaine, tout ça…
    Pour finir, cher snoow, je ne peux que récuser ton allusion à Nicolas Hulot qui n’a pas eu le courage d’aller au devant des électeurs lui même. Parce que son message écolo a bien intéressé les candidats quand il menaçait de leur prendre, à tous, un part conséquente de leurs chers électeurs, mais après qu’il leur eut fait signer un accord de principe et qu’il s’est retiré, ben l’écologie a retrouvé sa vraie place dans l’échiquier politique, quelque part entre Antoine Waechter et Brice Lalonde.
    Et qu’on ne vienne pas de me parler de cette arnaque avec un grand A que fut le Grenelle de l’environnement. Le gouvernement a réussi quelque chose de grandiose sur le problème : en signant ce machin, ils prétendent faire, agir pour l’environnement, alors qu’ils n’ont rien promis. Sauf que maintenant, si on parle environnement, et bien on nous rétorque qu’on s’en occupe, la preuve : il y a eu le Grenelle. Ou comment évacuer un problème en ne faisant rien…
    Bel exemple de gestion politique… Du même acabit que le service minimum, tiens, du grand art, je vous dit, du grand art !
    « C’est ça faire de la politique » (http://azzyrampa.blogspot.com/2008/05/test-qui-dit.html)

  5. snoow

    Merci de ta réaction vraiment complète Rampa ! Je suis d’accord avec toi sur beaucoup de choses (mais ça, tu le sais déjà).
    En revanche, je ne te rejoins pas sur ta vision de l’alter-gauche. Je ne pense pas que la proposition soit d’instaurer un système hyper fermé et directif : je ne suis pas communiste non plus, faut pas déconner ! Ca m’étonne que tu achètes la soupe servie par que les médias et Jean-Marc Sylvestre, à savoir qu’il n’y a pas d’alternative crédible au capitalisme. Ce n’est pas parce que le communisme a échoué que d’autres solutions plus humanistes et plus équitables ne sont pas imaginables !
    Sur Nicolas Hulot, je te rejoins totalement et il me fait penser à Jospin en 2002 : « j’ai pas les couilles de continuer ». D’ailleurs, c’est plutôt une bonne chose que l’écologie retourne aux vrais écologistes. Dommage qu’on ne les entende plus.
    Et je suis entièrement d’accord avec ta vision du grenelle de l’environnement : ce n’est que de la poudre aux yeux qui ne fera qu’empirer les choses (ça commence déjà avec les lois OGM).
    PS : c’est marrant, les commentaires ont dérivé sur l’exemple politique alors que je pensais que ça trollerait plutôt sur les logiciels libres…

  6. rampa

    « En revanche, je ne te rejoins pas sur ta vision de l’alter-gauche. Je ne pense pas que la proposition soit d’instaurer un système hyper fermé et directif : je ne suis pas communiste non plus, faut pas déconner ! Ca m’étonne que tu achètes la soupe servie par que les médias et Jean-Marc Sylvestre, à savoir qu’il n’y a pas d’alternative crédible au capitalisme. Ce n’est pas parce que le communisme a échoué que d’autres solutions plus humanistes et plus équitables ne sont pas imaginables ! »

    Mais je n’ai jamais dit ça…
    Je dis seulement que si tu regardes ce que proposent LCR, LO (le PC est mort , n’en parlons plus…), c’est exactement ça : une société plus fermée… Ils ne croient pas en la liberté de l’Homme…
    Quant à Jean Marc Sylvestre, je sais pas qui c’est (et honnêtement, je m’en tape un peu 😉 )…
    Ceci dit, je pense, sincèrement, que le Communisme n’a pas échoué. Il aurait échoué s’il avait été mis en œuvre et il ne l’a jamais été. Parce que Lénine ou Trotsky (ne parlons pas de Staline ou Mao, hein…) n’ont pas été communistes ou, en tout cas, ne l’ont jamais appliqué.
    Le fait est que maintenant, on manque d’alternative crédible au libéralisme. Je ne m’en réjouis pas, bien au contraire, mais je dois reconnaître que je n’ai pas l’imagination nécessaire pour inventer autre chose, malheureusement.
    Une chose est sure pour moi, ce n’est pas dans l’extrême gauche que l’on trouvera le salut, ne nous laissons pas impressionner par quelques jolies têtes de liste, écoutons ce qu’ils disent derrière les jolies mesures sexy qu’ils proposent.

  7. snoow

    Ils ne croient pas en la liberté de l’Homme

    J’ai plutôt l’impression que c’est l’inverse : ils pensent que la liberté du marché est une entrave à la liberté de l’homme. En tous cas, si ce n’est pas ce qu’ils pensent, c’est ce que moi je pense.

    Note: je n’ai encore jamais voté pour un parti ou un candidat d’extrême gauche.

  8. twingocerise

    Tout ceci confirme l’adage bien connus du monde informatique :

    Les linuxiens sont tous des boutonneux, binoclards, moches et puceaux (et avec des petits sexes) alors que ceux qui utilisent des macs sont beaux, forts, intelligents (et ils ont de gros zizis).

    i!i!i!i!

Les commentaires sont fermés.