L’essence en perspective

Edit du 21/03/2008 : Attention ! Ce billet contient des données erronées ! Consultez ce billet.

Hier soir, j'ai reçu ce message dans ma petite boiboite aux lettres électronique :

Une Minute de réflexion pour toute les Vaches à lait de France mais aussi de toute l’Europe.

Un peu d'histoire :

1. En l'an de grâce 2000 après JC (quand même) nous avions 1 Dollar à 1.2 Euros et 1 Baril de Pétrole à 60 Dollars soit le Baril à 72 Euros et on payait 1.00 Euro / litre.

2. De nos jours en 2008 après JC (toujours encore) nous avons 1 Dollar à 0.65 centimes d'Euro et 1 Baril de pétrole qui a explosé à prêt de 100 Dollars soit le Baril à 65 Euros (Oups !) et on leur donne 1.25 Euros / litre.

Et la, très chères Vaches à lait On se pose la question suivante: Si le Baril est moins cher pour nous en Europe qu'en 2000, pourquoi l'essence est elle 25% plus chère qu'en 2000 ? Il y en a qui doivent se remplir les poches !!!!!
Alors très chère Vaches à lait, continuez de travailler sagement car le jour viendra ou le dollar remontera et la je vous dis même pas !

Si mes souvenirs son bons, en 2000 il y a justement eu un gros bordel suite à un mouvement de grève monstre des camionneurs à cause du prix excessif de l'essence (effectivement autour d'un euro le litre à l'époque). Suite à quoi le gouvernement Jospin avait mis en place un mécanisme d'amortissement des variations du prix des produits pétroliers : la TIPP flottante. Je pense que tout le monde s'en souvient.

Toujours si mes souvenirs sont bon, 2002 et copain Raffarin arrivent et suppriment la TIPP flottante en catimini. Qui s'en souvient ?

Voilà pour le début de réponse à la question "pourquoi l'essence est elle 25% plus chère qu'en 2000 ?", même si ça n'explique pas tout.

Maintenant, je vais apporter mon petit grain de sel : personnellement je trouve très bien que l'essence soit plus chère qu'il y a 8 ans si ça peut forcer les gens à prendre les transports en commun plutôt que de prendre leur voiture pour aller chercher leur baguette au coin de la rue en voiture (j'en ai connu). C'est le principe du pollueur-payeur auquel j'adhère à 100%, comme j'adhère à tout ce qui permet de limiter la circulation des voitures en ville surtout si ça favorise l'utilisation des transports en commun.

Mon raisonnement vaut surtout si le surplus d'argent va dans les poches de l'État (les nôtres) plutôt que dans celle des industries du pétrole, malheureusement j'ai peur que ce ne soit pas le cas. De plus, ce raisonnement perd de sa force pour ce qui concerne les français qui vivent en zone rurale qui ne peuvent pas se passer de voiture.

Quand c'est qu'on se met vraiment à réfléchir à des véhicules propres ?

2 réflexions au sujet de « L’essence en perspective »

  1. Septentria

    Hélas, les véhicules propres, je crains que ce ne soit pas pour demain! Quant à l’essence plus chère pour que les gens renoncent à prendre leur voiture, je n’y crois pas non plus. Il y aura bien quelques individus qui vont commencer à prendre le bus ou le vélo mais ça reste à la marge… Les lobbies du pétrole et de l’automobile ont encore de beaux jours devant eux… (perso, je suis à deux doigts de vendre ma 2e voiture, qui sert tous les jours mais pour de petits trajets que je pourrais faire à pied ou en vélo, si je retrouvais la forme!)

  2. snoow

    Concernant le prix, je pense que s’il est prohibitif, ça peut marcher dans une certaine mesure, tout comme ça a (un petit peu) marché pour le tabac. Le problème étant que l’on crée de nouvelles discrimination ruraux/urbains et pauvres/riches…
    Mais sur le fond, je pense que tu as raison : seule une véritable prise de conscience des individus peut faire avancer le schmilblick.

    Pour ton problème de petits trajets, tu peux aussi le prendre dans l’autre sens : et si plutôt que d’attendre d’avoir la forme pour changer de mode de transport, tu décidais de faire ces trajets à pied ou en vélo pour retrouver la forme :-p

Les commentaires sont fermés.