Incroyable !

Après un débat intéressant sur le SMIC et les bas salaires (que vous pouvez continuer dans les commentaires du post précédent) , je reviens sur un sujet qui me tiens à coeur : les logiciels libres.

Comment un journal sérieux comme Libération peut-il publier une tribune aussi réactionnaire, remplie d'inepties, sans raisonnement réel, et non documentée ?
Par exemple sur le sujet de la dépendance des administration aux société de service en échange de l'indépendance par rapport aux éditeurs de logiciels, monsieur Giulliani écrit une des choses les plus stupides qui soient !
Les administrations prennent leur indépendance par rapport à des éditeurs de logiciels américains pour la plupart et deviennent dépendantes de société de services françaises. L'argent va donc aux consultants français et non aux développeurs américains et indiens. De plus, cette "dépendance" est toute relative, puisque si la SSII ne plait pas, l'administration peut en changer librement, tout en conservant les même logiciels, ce qui est impossible avec un éditeur de logiciels propriétaires, puisque par exemple, seul Microsoft édite Windows, Internet explorer et Office.

Par ailleurs, si le développement peut-être délocalisé par les éditeurs, les société de services qui assurent l'installation et la maintenance, elles, ne peuvent pas délocaliser car les techniciens et consultants doivent être sur place ! Et c'est de l'emploi qui reste en France !

Je soupçonne fortement monsieur Giulliani d'être à la botte de ces gros éditeurs pour qui la liberté réelle de l'utilisateur signifie perte de profits pour l'éditeur propriétaire. D'autant plus que monsieur Giulliani semble ignorer que "logiciel libre" ne signifie pas "logiciel gratuit" et qu'il existe tout un modèle économique associé au libre et à l'open-source.

12 réflexions au sujet de « Incroyable ! »

  1. The Cursed Crow

    OO;;;;;;;;;;;;;;;;
    Devnat un tel article, je comprends que Liberation tient à préciser qu’il ne represente pas forcement l’avis de la rédaction.
    Pour ce que j’en sais, le logiciel libres sont plus ouvert et supportent plus de formats que les logiciels propriétaires.
    Et il faut croire, en effet, que M. Giulliani confond les deux sens du mot Free.

  2. brice

    Ho un Troll!
    Marrant de lire des choses comme « industrie européenne du logiciel », ça fait bien 20 ans qu’elle est en panne et les récents déboires de (entre autres) SAP, Oracle ou encore Microsoft annonce bien le glas de ce modèle.

    En même temps je n’en attendais pas moins du « président de la fondation Robert-Schuman »

  3. Nerek

    D’un coté on a Stallman et son « Le logiciel propriétaire est immoral et ne doit pas exister », de l’autre « Nul travail intellectuel n’est gratuit et tout travail mérite salaire »
    On dirait le clivage Droite/Gauche en France : Par principe ce que fait l’autre est mal et il n’y a aucun consensus possible.

    On va aller loin avec des couillons pareil…

  4. Nerek

    Petit rajout, un commentaire judicieux d’un lecteur de libération fait remarquer que le site officel de Mr Giulliani utilise ceci : « Artiphp 2.0.0 © 2003 est un logiciel libre distribué sous licence GPL. »

    Faite ce que je dis, pas ce que je fais 😉

  5. twingocerise

    J’ai bien peur qu’il est raison sur certains points… et surtout sur la pratique… le libre n’est pas si libre…
    Combien de fois je me retrouvé dans la merde avec un outil que je voulais utiliser et donc il n’y avait pas de doc…!
    Ou qui ne marche pas bien, avec des fonctionnalités en Beta…
    En entreprise t’es obligé de faire appel à une SSII… et la ça chiffre… !

    Il faut disposer de briques logiciels fonctionnelles, standards et documentées pour maitriser un projet…
    Ce qui n’est pas le cas de beaucoup de « faux projets open source » volontairement sous documentés…

    Il suffit d’avoir fait un projet avec des outils open source au centre du developpement
    pour savoir à quel point ça peut déraper… (parfois du simple au double)
    Sauf à avoir des personnes archi compétentes mais c’est dur à trouver (et ça coute cher)…
    Et même ces personnes compétentes ne sont pas à l’abri d’un soucis (expérience réelle… « promis ça marche dans une heure !!! »)

    La théorie est belle mais la pratique (on s’en rend compte en entreprise) est compliqué…

    Bien que fervant adminirateur du libre et de linux en particulier, je crois que la mise en place en entreprise est compliqué et avoir un outil qu’on paye cher est parfois une meilleur solution… (exemple Mac os x… ils se sont basé sur des standards et c’est hyper ouvert comme plateforme… sauf le code bien sur…)

    Ce qui devrait être libre ce sont les formats d’échanges… Faudrait que tout le monde se mette d’accord… mais alors là… c’est pas gagné…

  6. Nerek

    Le gros avantage pour l’entreprise d’une solution propriétaire est que si il y a un bug, elle obtient rapidement un patch de l’éditeur. C’est loin d’être le cas pour l’open source ou il faut qu’un membre de la communauté ou qu’un presta se penche sur le problème.
    La dessus, je rejoins Twingocerise, l’open source n’est pas (encore ?) la solution idéale.

    Il y a un marché pour les 2. C’est à chaque client (entreprise ou particulier) de faire son choix en fonction de ses besoins et de son budget. Dire que l’open source coute moins cher que qu’un logiciel propriétaire est archi faux. Cela dépends bcp trop du contexte et du besoin des clients.

    En passant, l’industrie européenne du logiciel existe. Même si nous n’avons pas de Microsoft ou d’Oracle, nous avons des sociétés qui sont leader sur leurs secteurs cibles et/ou qui font du développement spécifique pour des entreprises. Sur ce point précis, la position de Mr Giuliani est compréhensible dans le sens ou l’open source fait travailler des intégrateurs (souvent des sociétés de prestations) et non des éditeurs de logiciels. Le métier n’est pas le même.

  7. snoow

    Je n’ai jamais dis que le libre et l’open source coutaient moins cher que le logiciel propiétaire. C’est la seule concession que l’ont peut faire à Giuliani, le reste est un tissu de mensonges et d’affirmations non documentées.

    Twingocerise : oui, avec l’open source, tu dois faire appel à une SSII, certes c’est cher, mais les factures de logiciels proprios ne sont pas données non plus, et la différence, c’est que contrairement à ce que dit Giuliani, une SSII emploi des français, contrairement à un éditeur. Il n’y a pas d’éditeur européen, il est faux d’affirmer qu’il y a une industrie du logiciel en Europe ! Elle existe, mais dans quelques niches, à part ça, elle est insignifiante comparée à l’offre asiatique et surtout, américaine.

    Et dire que les éditeurs proprios donnent des patches plus rapidement, c’est une légende. Il n’est pas rare d’attendre plusieurs mois pour des patchs de sécurité important chez Microsoft ! La rapidité n’est pas forcément meilleures dans l’open source, mais au moins, si c’est vraiment urgent, la SSII peut elle-même écrire le patch, ce qui est imposible dans le cas du logiciel proprio.

  8. Nerek

    C’est un mega troll ce sujet ^^

    Microsoft est loin d’être un foudre de guerre niveau réactivité c’est un fait. Mais il n’y a pas que Microsoft, Adobe et Oracle comme éditeur 😉
    Microsoft est d’ailluers parfaitement capable de réagir vite, les sociétés qui ont bcp de licenses recoivent les patch bcp plus rapidement que les particuliers qui ont le droit à une sortie par mois pour d’obscures « raisons techniques »…
    De même, quand une entreprise achète un progiciel spécialisé (Donc souvent des couts bien plus élevé qu’une simple license windows), l’éditeur a intéret à réagir vite sur les bug majeur.
    Bossant sur gros systemes, je vous garantie que vu les pénalités qu’il y a en cas d’impact prolongé sur la production, les éditeurs se bougent les fesses ^^
    Quand l’impact n’est pas le même, la réaction n’est pas la même non plus. Cela dépends pas mal du secteur et de la cible du programme.

    Attention, je ne dis pas que c’est bien ou mal niveau éthique, juste que le systeme fonctionne très bien quand il y a pression financière. (ce qu’un particulier ne peut pas faire).

    Corriger un bug dans un programme open source, je ne m’y connais pas assez mais ca m’étonnerai que ce soit à la portée de tout le monde, même pour une SSII qui fait de l’intégration. Je suppose que ca dépends pour bcp de la nature du problème et de la nature du programme.

    PS : même je me fais l’avocat du diable, j’utilise pas mal de programme open source pour le personnel. Je préfère préciser 😉

Les commentaires sont fermés.