Où l’on reparle de cinéma…

Ça faisait longtemps que je n'avais pas fait fumer la carte UGC ! Quatre films la semaine dernière, alors je raconte :

Mon ange

Bon, j'avoue, je n'avais pas entendu parler de ce film, et avant d'entrer dans la salle, je ne savais pas ce que j'allais voir. J'y suis allé simplement par ce qu'on m'a dit que Thomas Fersen y fait une apparition.
J'ai eu une bonne surprise. La présence de Vanessa Paradis (que j'éxècre d'habitude, et encore plus depuis le merdique "Atomik Circus") amène une ambiance particulière au film. Le rythme est lent, mais c'est agréable de se faire bercer par la poésie et par les décors magnifiques de Hollande et de Belgique.
Quant à la prestation de Thomas Fersen, j'ai adoré : c'est très court, mais on retrouve exactement le personnage de Fersen sur scène : complètement hagard, voire bourré, à côté de la plaque, décalé avec son super costume marron et sa chemise bariolée.

Mar Adentro

Le dernier film d'Alejandro Amenàbar. Si vous vous attendez à l'Amenabàr fantastique de "Tesis", de "Abre los ojos" et de "The others", vous vous plantez ! Notre jeune réalisateur espagnol change radicalement de style pour se tourner vers le sentimental. Mais pas du sentimental manipulateur et larmoyant (bien que j'y sois allé de ma petite larme), plutôt du sentimental poétique et militant.
Pour résumer, il s'agit de l'histoire vraie de Ramòn Sampedro, tetraplegique depuis une trentaine d'année, suite à un plongeon malheureux. Cet homme veut mourir et milite pour la légalisation l'euthanasie. Finalement, il ne l'obtient pas et finit par se suicider illégalement, avec l'aide de 11 amis dont les responsabilités sont tellement diluées qu'aucun ne sera condamné. Une belle histoire d'amours (au pluriel), un beau film.

Espace Détente

Ou comment un humour décapant sur un format court devient nullissime en long métrage.
No comment.

Les bouchers verts

On a peu l'occasion de voir des films européens, et encore moins des films du nord. Je crois même que c'est la première fois que je vois un film danois.
Je ne regrette pas.
Ce film est complètement amoral, mais l'alternance des passages humoristiques, gores, sentimentaux, en fait un film complètement décalé. Bref, j'aime.

*****

2 réflexions au sujet de « Où l’on reparle de cinéma… »

  1. Chulie

    Haaaa c’est bon de faire chauffer la carte UGC. Meilleur que la carte bleue. L’année qui a suivi mon abonnement, j’ai vu tellement de films que j’étais incapable de faire le moindre petit top5. Donc maintenant, je colle mes tickets dans un agenda.

    Y’a deux semaines, j’ai vu mon ange aussi, et c’était léger comme une barbapapa. Très calme, très doux, comme un grand pull qui me protè-è-è-è-ège.

    Mercredi dernier, j’ai vu Mar Adentro. Une magnifique découverte. J’aime comme Ramon Sampedro voyage dans sa tête grâce à son imaginaire surdévellopé. J’ai essayé plein de fois de faire ça, mais je suis trop rattachée à la terre. Ou bien alors je rêve que je voyage et c’est incontrolable. Je fais n’importe quoi et je finis par m’écraser… de là à souhaiter être paraplégique, non. Mais ce film m’a donné une bonne leçon d’humanité.

  2. Chulie

    J’aime bien répondre sur les blogs des autres.

    Je sais pas ce que j’ai en ce moment, mais non seulement je rêve énormément (et je passe des nuits agitées)mais en plus, je me souviens de mes rêves dans leur globalité.

    En fait, il faut absolument penser à les noter dans l’heure qui suit le réveil, car je ne sais pas si tu as lu le Bon Gros Géant de Roal Dahl, mais les rêves sont des bestiaux très volatiles 🙂

    Bonne journée !

Les commentaires sont fermés.